Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Sécurité maritime

Phare de Sein

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 mai 2017

Phare de Sein

Caractéristiques nautiques

Coordonnées géographiques :
48° 02’, 613’N - 04° 52’, 013’ W (WGS 84)

Hauteur totale : 50.90 mètres (52.90 mètres au dessus du niveau de la mer)

Feu  : blanc à quatre éclats groupés toutes les 25 secondes

Optique  : tournante de quatre panneaux, lampe : 250 watts

Distance focale  : 0.92

Portée  : 28 milles
Le phare est ouvert au public

Description

Situé à la pointe Nord-Ouest de l’île, son fût est tronconique en maçonnerie lisse surmontant un soubassement carré en maçonnerie de pierres apparentes accolé de chaque côté à des bâtiments servant de logements aux gardiens.
Le phare est gardienné.

Historique

Le premier phare
Construit en granit rose, il est allumé le 15 mai 1839 au sommet d’une tour cylindrique en maçonnerie sur soubassement de 43 m de hauteur. L’adjudication est approuvée le 2 août 1836 au profit de l’entrepreneur morlaisien Michel Piquemard, sous la responsabilité de l’ingénieur de Kermel.
En 1876, la partie supérieure de la tour est peinte en noir sur 12 mètres de hauteur.
En 1896, une usine de fabrication de gaz d’huile est construite.
En 1932, la centrale électrique est construite.
En 1935, deux pylônes de 42 mètres de hauteur sont construits pour supporter les antennes du radio-phare et du poste de radiotéléphonie
Le 15 décembre 1935, le feu est électrifié.
Le 4 août 1944, les Allemands le détruisent et une pierre de ce phare sera remise par les îliens au Général de Gaulle qui, en août 1946, était venu remettre la Croix de la Libération à la commune de Sein. Cette pierre sert de socle à l’effigie du Général sous les fenêtres de sa maison natale à Lille.
Un des pylônes est utilisé pour l’installation provisoire d’un feu qui fonctionna sans aucune défaillance jusqu’à la mise en service d’un feu définitif sur la nouvelle tour dont la construction a commencé en 1949.

Le deuxième phare
La tour est reconstruite avec une hauteur identique à celle de la tour détruite, soit 43 mètres au dessus du sol et sur les anciennes fondations.
La forme intérieure est un cylindre de 3.50 mètres de diamètre de la base au sommet, le parement extérieur est celui d’un tronc de cône, dont le diamètre extérieur est de 6.25 mètres à la base et de 4.50 mètres au sommet. Un empâtement de 8.20 mètres de diamètre raccorde la tour avec le soubassement.
L’escalier d’accès à la lanterne est en béton armé. Les quantités de béton mises en œuvre ont été de l’ordre de 1 800 m3 pour un poids total d’armatures inférieur à 40 000 kg, ce qui donne un pourcentage d’acier très réduit : le bâtiment des logements est agrandi pour abriter des logements plus vastes, des ateliers et des locaux techniques.
Un autoclave de désalinisation d’eau de mer alimente les habitants en eau douce. une centrale électrique fournit le courant.

Le phare est ouvert au public en juin 2009 (dossier de presse)

Patrimoine

Depuis le 31 décembre 2015, le phare est inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

Plans

Télécharger ici les plans du phare :

Coupe (format pdf - 131.5 ko - 15/12/2011)
Principe de ferraillage de la tour (format pdf - 70.3 ko - 15/12/2011)

Photographies