Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Sécurité maritime

Phare de Penfret

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 janvier 2012 (modifié le 26 mars 2012)

Caractéristiques nautiques

Coordonnées géographiques : 47°43, 265’ N - 03° 57, 177’ W (WGS 84)

Hauteur du feu : 24,25 mètres (38,50 mètres au dessus du niveau de la mer)

Feu : rouge à un éclat toutes les cinq secondes produit par une optique tournante et une lampe halogène de 150 watts.

Portée : 20 milles

Description

Le phare de Penfret est situé à l’extrémité Nord-Est de l’archipel des Glénan, à l’extrémité Nord de l’île de Penfret.

Le phare est une tour carrée surmontant un corps de logis en maçonnerie de pierres apparentes.
L’ensemble est construit à l’intérieur d’un ancien fortin. Les anciens logements de gardiens sont situés à 300 mètres du phare.

Historique

Les parages de l’archipel des Glénan sont particulièrement redoutés par les navigateurs en raison de la présence de nombreux écueils.
Dès le milieu du XVIIIème siècle, les marins réclament la construction d’un phare pour une meilleure sécurité.
Révolution, guerres impériales, l’île de Penfret tombe aux mains des Anglais en 1795, le sommet de l’île est transformé en vigie. La commission des phares décide d’installer à cet endroit le premier feu des Glénan.
Il va falloir attendre septembre 1836 pour que les travaux soient approuvés par décision ministérielle.

Une carrière de granite est ouverte sur l’île pour l’extraction des moellons.

Le feu est allumé le 1er octobre 1838. C’est un feu fixe qui émet des éclats blancs précédés et suivis de courtes éclipses de quatre en quatre minutes.

En 1899, la lampe à pétrole sera remplacée par un dispositif à vapeur de pétrole. Depuis, le feu est rouge, rythmé à éclat toutes les cinq secondes.

De 1937 à 1951, le pétrole est remplacé par le gaz.

En 1951, le phare est électrifié et automatisé en 1993.
L’énergie nécessaire au fonctionnement du phare est fournie par :
- un aérogénérateur,
- 14 panneaux solaires de 40 watts l’unité,
- un groupe électrogène de trois KVA, à démarrage automatique venant en secours des deux autres énergies.

Plan

Télécharger le plan (format pdf - 50.5 ko - 16/12/2011) du phare

Photographies