Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Formation maritime et Gens de mer

Revalidation brevet de Capitaine de 1ère classe de la marine marchande

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 février 2020

1. Vous devez justifier :

  • soit de 3 mois minimum de navigation dans chacun des services pont et machine sur 12 mois au cours des 5 années de validité du titre dans les fonctions correspondantes aux prérogatives du C1NM (ex : 3 mois capitaine + 9 mois de chef mécanicien) ou dans des fonctions strictement inférieures (fonctions de second capitaine / second mécanicien),
  • soit 1 mois minimum de navigation dans chacun des services pont et machine sur 3 mois au cours des 6 mois précédant immédiatement la demande de revalidation, dans les fonctions correspondantes aux prérogatives du brevet (capitaine / chef mécanicien) ou dans des fonctions strictement inférieures (fonctions de second capitaine / second mécanicien),
  • à défaut de la navigation requise, vous devrez suivre un test ou stage de revalidation avec succès du C1NM et détenir une attestation de formation en matière de direction, de travail en équipe et de gestion des ressources à la passerelle et à la machine BRM/ERM.

2. être à jour du niveau d’enseignement médical III conformément à l’arrêté du 24/07/21013 relatif à la revalidation.

3. être en possession du certificat général d’opérateur des radiocommunications - CGO - valide, à défaut si vous n’êtes titulaire que d’un CRO, votre C1NM sera restreint à la zone océanique A1.

4. être en possession des CFBS / CQALI / CAEERS STCW 2010 (certificats avec validité 5 ans, en cours de validité).

5. présenter copie de l’attestation de suivi de la formation ou du test ECDIS. Vous n’avez pas suivi de la formation ECDIS : merci de le préciser sur chaque demande.

6. présenter l’attestation de formation de base à la haute tension, à défaut une mention restrictive sera indiquée sur le brevet.

La navigation devra être réalisée sur navire de jauge brute supérieure à 500 et sur navires de puissance propulsive supérieure à 750 kW, voir ensemble des conditions dans l’arrêté du 10/08/2015 relatif au service en mer).