Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Plaisance et pêche de loisir

Travaux relatifs aux accidents de Plongée

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 mars 2020

La règles des 3 M pour une plongée plus sure :

  • M, comme météorologie, pour apprécier le vent et l’état de la mer,
  • M, comme marée, pour connaître en particulier les courants,
  • M, comme matériel, en bon état et que je maîtrise,
  • M, comme moi-même : suis-je en bonne forme, formé et compétent ?

Des travaux sont organisés sur le thème de la sécurité des activités de plongée aquatique. Initiée à la suite d’une augmentation significative des accidents, ces travaux ont permis, aussi bien aux acteurs étatiques et institutionnels de la prévention et de la sécurité, qu’aux clubs, fédérations et professionnels de partager et évoquer librement leurs expériences, leurs démarches de formation, leurs contraintes, leurs inquiétudes et leurs souhaits pour que cette discipline sportive demeure un loisir sûr, avec des contraintes raisonnables.

Une recrudescence des accidents, notamment lors de la pratique de l’apnée est constatée. Les causes les plus fréquemment évoquées sont l’état physique de la personne, une pratique ou des procédures inadéquates et des problèmes techniques. La plongée libre, hors des clubs et sans contrôle, est une source d’inquiétude avérée.

La prévention et la sensibilisation des pratiquants apparaissent bien au cœur des actions déjà permanentes et régulièrement renouvelées par les structures de l’État et les associations ; les différents acteurs se rencontrent localement et les départements montrent leur dynamisme à l’approche des périodes estivales, propices à une pratique plus soutenue, en organisant des réunions et des visites dans les clubs. Les contrôles exercés par l’administration sont réguliers et rigoureux, nécessaires à une pratique qui allie liberté et confiance.

Le dialogue entre les participants a montré qu’il fallait continuer dans cette politique d’information et de formation des clubs et des pratiquants, libres ou encadrés, en recherchant des moyens adaptés de communications ; l’implication des communes accueillant ces activités, ponctuellement ou régulièrement, a été évoquée, car elles sont les mieux à même d’orienter les plongeurs vers des lieux adaptés au niveau des pratiquants. Chacun, administration ou structure de plongée, est conscient qu’il faut partager les informations et les statistiques pour mieux cibler les actions à entreprendre.

Finalement les mêmes recommandations que pour les plaisanciers et professionnels de la mer peuvent être diffusés aux adeptes de la plongée avec en particulier le principe mnémotechnique des « 4 M » :

  • M, comme météorologie, pour apprécier le vent et l’état de la mer,
  • M, comme marée, pour connaître en particulier les courants,
  • M, comme matériel, en bon état et que je maîtrise,
  • M, comme moi-même : suis-je en bonne forme, formé et compétent?
    Des moyens de communications et des numéros d’urgence complètent ce dispositif de prévention pour alerter en cas d’incident et permettre aux CROSS de coordonner efficacement les moyens de secours en mer.

crédit photo : © Laurent Mignaux/METL-MEDDE